Copyright© 2015 BIOSTART - Tous droits réservés


Contact

Glossaire général

Accueil

Les stations d'épuration ne parviennent pas à éliminer tous les médicaments qu'elles doivent traiter. Certaines de ces molécules actives repartent dans le circuit et sortent de nos robinets. Problème : on ignore encore les conséquences pour notre santé.


De nombreuses études ont déjà confirmé que les stations d'épuration étaient inadaptées à l'élimination de nombreuses substances chimiques. Elles sont incapables, par exemple, d'éliminer toute trace de principes actifs de médicaments, souvent présents dans les eaux usées. Le risque de retrouver des résidus de certaines molécules thérapeutiques dans l'eau de boisson est donc réel. Selon un article paru dans la revue Prescrire, les effets de ces pollutions sur la santé humaine restent obscurs.


Qu'elles soient utilisées en médecine humaine ou vétérinaire, bien des substances pharmaceutiques sont en partie rejetées dans l'environnement après consommation. Éliminées par voie urinaire ou fécale, elles partent ensuite dans les eaux usées soit sous leur forme active initiale, soit sous forme de substances dérivées. Or, les stations d'épuration n'éliminent pas complètement les médicaments. Leur efficacité est variable selon les procédés de traitement mis en œuvre, et elle reste assez faible pour certaines substances.


Des médicaments non traités dans l'eau potable


Beaucoup de recherches, tant en France qu'à l'étranger, ont mis en évidence la persistance de résidus de médicaments dans les eaux usées, les eaux traités, voire dans l'eau potable. Comme l'indiquent les rédacteurs de la revue Prescrire, « le risque environnemental et sanitaire lié à la présence de micropolluants dans les eaux, dont les médicaments, est encore mal connu. Des effets de cette micropollution ont été observés sur certaines espèces aquatiques, notamment une féminisation de poissons mâles. Fin 2012, aucun effet sur les humains n'est encore connu. »


« Sans attendre que des risques avérés soient démontrés, la présence de médicaments dans les eaux usées et leur persistance après traitement sont des raisons supplémentaires de s'efforcer à réduire les rejets de médicaments », soulignent les auteurs. Selon eux, il conviendrait « d'éviter la surconsommation et d'encourager le retour des médicaments non utilisés en pharmacie. » En effet, trop d'utilisateurs jettent les médicaments inutilisés dans leurs toilettes et provoquent ainsi des pollutions aux effets sérieux.


Source : Futura-sciences


Les stations d’épuration d’eau


Actualités environnement