Glossaire général

Contact


Innovations technologiques

Accueil

Ennesys : des bâtiments à énergie positive qui carburent aux microalgues
Source :
Baptiste Roux Dit Riche | Cleantech Republic | 04.04.11

Si l’efficacité énergétique est devenue le leitmotiv des constructeurs verts, la route vers l’habitat positif passe aussi par la production d’énergie au sein même des bâtiments. Un sujet qui ne se limite désormais plus seulement au photovoltaïque. Depuis janvier, la start-up parisienne Ennesys propose ainsi d’équiper immeubles et écoquartiers d’un système énergétique peu commun.

Sa particularité ? La production d’énergie est assurée par la culture de phytoplancton. Des microalgues dont la croissance est dopée par les eaux usées du bâtiment. « Tous les procédés de culture d’algues reposent sur le même principe. On prend une masse d’eau dans laquelle on injecte des engrais et du CO2. Exposées à la lumière, les algues se développent par photosynthèse, explique Jean-Louis Kindler, Directeur Général d’Ennesys. Elles atteignent ainsi leur maturité en 48 heures. On peut alors les récolter ». Fruits de cette récolte : de la biomasse, de l’huile végétale (algolipide) et même de l’hydrogène capté lors la photosynthèse. Soit trois sources énergétiques qui pourront être associées pour couvrir directement les besoins du bâtiment et/ou vendues comme biocarburants ou engrais


Un démonstrateur d’ici la fin de l’année

Pour les fondateurs d’Ennesys, l’affaire est entendue. Leur innovation va bouleverser le paysage de la construction verte et, par la même secousse, celui des énergies renouvelables. « A investissement et superficie occupée égaux, nous proposons un rendement énergétique trois fois supérieur au solaire. Cette performance repose sur la diversité des éléments valorisés », se félicite Pierre Tauzinat, Président d’Ennesys. Voilà pour la théorie. Dans la pratique, le calcul pourrait s’avérer plus complexe. Le dispositif devra en effet être adapté au cas par cas. Les modes d’acquisition du CO2 et la nature des eaux usées seront, par exemple, très variables en fonction des sites équipés. Autre impératif de flexibilité : les structures de photosynthèse. Pour exposer leur mélange eau-algues à la lumière, les têtes pensantes d’Ennesys devront se jouer des contraintes architecturales de chaque édifice. Des photobioréacteurs intégrés aux façades des bâtiments sont notamment envisagés (voir photos). La dernière incertitude porte enfin sur le traitement des algues arrivées à maturité. « La biomasse pourrait être notre plus gros obstacle. Un volume relativement important est difficile à manipuler. Nous allons donc privilégier les installations sur lesquelles la biomasse pourra être directement traitée sur place (ndlr : incitation, fermentation…). Nous éviterons ainsi de faire passer chaque jour un camion par bâtiment », explique Jean-Louis Kindler. Un dirigeant qui attend avec impatience la construction d’un premier démonstrateur français à taille réelle, avant la fin 2011, pour démontrer la viabilité de son innovation.


Le marché français jugé prioritaire

Question « business », le plan d’attaque est déjà tout tracé. La start-up ciblera en priorité le marché français. Par chauvinisme autant que par opportunité. « Nous travaillons actuellement sur huit projets dont trois sont en attente de signature, se félicite Pierre Tauzinat. Nous arrivons à un moment où les acteurs français du bâtiment sont à la recherche de solutions comme la nôtre ». Autre certitude, Ennesys n’équipera que des immeubles ou écoquartiers dont la superficie dépassent les 12 000 m², soit en moyenne 500 habitants. Avec ce positionnement, la start-up promet à ses prospects un retour sur investissement compris entre trois et cinq ans. Une perspective difficile à apprécier puisque le coût de la solution demeure pour l’instant confidentiel. Au-delà de l’aspect financier, Pierre Tauzinat espère également que les aménageurs publics seront sensibles à son ultime argument : la transformation des eaux usées en eaux « clarifiées », donc réutilisables. « C’est un sacré plus. Cela parle aux élus ». Rien d’étonnant. Selon le site Eaufrance.fr, un Français consommerait en moyenne près de 150 litres d’eau par jour.








Autonomie


Copyright© 2012 BIOSTART - Tous droits réservés