Contact

Glossaire général

Accueil


Labels construction

Afin d'anticiper la loi Grenelle II relative aux bâtiments proches de zéro énergie d'ici à 2020, l'association Effinergie a lancé un nouveau label : BEPOS-Effinergie 2013. Objectif : proposer une définition du bâtiment à énergie positive commune à l’ensemble des acteurs.


Après Effinergie+, voici un nouveau label : BEPOS-Effinergie 2013. Son objectif : anticiper les prochaines échéances en matière de performances énergétiques et plus particulièrement la généralisation des bâtiments dits à énergie positive d’ici à 2020.

Si des programmes se réclament déjà de cette appellation, il n'y a pourtant pas pour l'instant de protocole. C'est donc pour remédier à ce manque que le collectif Effinergie a lancé le nouveau label. Celui-ci propose "une définition du bâtiment à énergie positive commune à l’ensemble des acteurs", explique le collectif. Le label est basé sur la méthode de calcul de la RT 2012 (Th-BCE). Parmi les nouveautés, on peut citer la réalisation d'un bilan d’énergie prévisionnel qui s'appuie sur les consommations d’énergies non renouvelables. D'autre part, le projet pourra être étudié dans son ensemble, à l’échelle du permis de construire ou du permis d’aménager. Et bien sûr, le projet devra respecter les exigences du label Effinergie+.



Création du label Bepos Effinergie 2013

Des critères d'ajustements
Autre facteur important, pour décrocher le label, il faudra effectuer une évaluation du potentiel d’écomobilité du projet et réaliser une évaluation de la consommation d’énergie grise. "Il est également demandé à ce que les procédures de commissionnement soient prévues", explique l'association. Ensuite, "le bilan d’énergie primaire non renouvelable sera calculé et devra être proche de zéro compte-tenu d'un écart autorisé". Sur ce dernier point, l'objectif est de pouvoir laisser "tous types de bâtiments prétendre au label", notamment les immeubles collectifs et les constructions situées dans des régions moins ensoleillées. C'est d'ailleurs pourquoi, l’écart autorisé tiendra compte du type de bâtiment, de la zone climatique et de la densité.

La suite ? "Effinergie capitalisera sur les retours d’expérience grâce à l’observatoire BBC pour faire évoluer ce nouveau label et proposer des outils pédagogiques aux professionnels souhaitant rejoindre l’aventure du bâtiment à énergie positive", a conclu Jean-Jacques Queyranne, président du collectif Effinergie, lors de la présentation de ce label au salon BE+ qui s'est déroulé actuellement à Lyon.


Pré-requis
- Le bâtiment doit respecter les critères du label Effinergie+
- Le bâtiment doit faire l’objet d’une évaluation de l’énergie grise et du potentiel d’écomobilité

Exigence principale : Bilan epnr < Ecart autorisé

Un bilan en énergie primaire non renouvelable calculé en 3 étapes :
- Collecte des consommations d’énergie finale entrant et sortant.
- Passage en énergie primaire non renouvelable.
- Bilan d’énergie primaire non renouvelable.

Un écart accepté à l’énergie positive pour permettre aux bâtiments exemplaires d’obtenir le label dans toutes les régions et tous les contextes urbains. Cet écart accepté dépend du type de bâtiment, de la zone climatique et de la densité.

L’écart accepté à l’énergie positive est la somme de :
- La consommation de référence du label effinergie+pour les usages réglementés cep ref
- La consommation de référence pour les usages non pris en compte par la RT AUE ref
- Une production de référence. Prod ref

Ecart autorisé / cep ref + AUE ref – Prod ref


Source : Collectif Effinergie


Copyright© 2012 BIOSTART - Tous droits réservés