L’amiante minéral

Définition du Petit Robert :
Variété de silicate de fer, magnésium et calcium, dont les cristaux d’aspect feutré peuvent être travaillés en fibres ; fibres extraites de ce minéral, insensibles à l’action d’un foyer ordinaire, ne fondant qu’au chalumeau, assez souples pour pouvoir être tissées – Tissu composé de fibres d’amiante.

Définition du Petit Larousse :
Silicate naturel hydraté de calcium et de magnésium, à contexture fibreuse, résistant à l’action du feu et utilisé pour fabriquer des matériaux, des tissus incombustibles.

L’amiante (ou abeste) est un minéral cristallin fibreux naturel extrait des roches dites « métamorphiques » très répandues à la surface du globe. Il est largement utilisé dans l’industrie et le bâtiment pour ses propriétés physiques, chimiques et son faible coût. Son caractère imputrescible (résistance aux organismes biologiques) en a fait un produit particulièrement vénéré dans l’Antiquité. On le trouve aussi bien dans les produits d’isolation que dans la bijouterie ou des produits domestiques dérivés (joints, revêtements...).
Inhalée par l’organisme, la poussière d’amiante représente l’un des premiers dangers par pollution urbaine et industrielle. L’amiante fait l’objet d’une législation très stricte pour le contrôler et l’éliminer, allant souvent jusqu’à une interdiction totale.
La réalité de l’amiante dans le contexte économique et médiatique actuel fait de ce sujet une controverse internationale. Les entreprises et les administrations sont donc confrontées à un impératif législatif les mettant devant de graves responsabilités s’ils ne prennent pas de dispositions pour contrôler, puis éliminer l’amiante résidant dans leurs locaux (surtout en France et dans une dizaine de pays européens).

De nombreux matériaux font partie de la catégorie « amiante », répartis en deux grandes familles :

Amphiboles :
Crocidolite (amiante bleu), amosite (amiante brun), montasite, anthophyllite, trémolite, actinote.

Serpentines :
Chrysotile (amiante blanc), antigorite
 
Propriétés :
- excellent isolant calorifuge (et ininflammable)

- excellent isolant acoustique

- possibilité de mélange au ciment, résistance aux acides

- résistance à la traction supérieure à celle de l’acier - résistance à l’abrasion

On estime à plus de 3.500 le nombre de produits dérivés contenant de l’amiante, classés en plusieurs types :

Produits hérités du passé désormais interdits à la vente et à la fabrication (France) :
- revêtements d’isolation thermique des bâtiments (flocages, faux-plafonds, dalles de sols, tuiles...)

- certaines peintures et certains joints industriels

- certains polyesters renforcés (automobile, marine)

- certaines colles cellulosiques (pour obtenir des joints épais)

- certains mastic, enduits, bitumes

- anciens « grille-pain » à poser sur la flamme

- moules pour moulage de plâtre

Produits industriels modernes autorisés dans certains pays :

- ciment-chrysotile (tuyaux, plaques, ardoises)


Produits inoffensifs :
- bijoux en œil de tigre ou jade

Produits irremplaçables (faisant l’objet d’une dérogation) :
- garnitures de plaques de freins pour poids lourds

- combinaisons thermiques pour pompiers, sportifs, vulcanologues

Non répertoriés :
- dans les cathodes des équipements pour la fabrication industrielle du chlore dans le ‘procédé du diaphragme »

- Tuyères de moteurs de fusées

L’amiante et ses dérivés industriels représentent un danger réel pour la santé :
Les particules d’amiante, notamment celles inférieures à 3 microns, peuvent créer des troubles graves dans l’organisme et entraîner la mort des personnes contaminées. La maladie peut se déclarer parfois plusieurs dizaines d’années après la contamination.
Ces micro-particules peuvent être présentes dans l’eau ou dans l’air, de manière naturelle (zones de montagnes exposées à l’érosion) ou artificielle (abords de bâtiments amiantés mal isolés, travaux de désamiantage mal effectués).
L’amiante n’est pas directement dangereux (cas des bijoux où il est mélangé à du quartz). C’est le taux d’empoussiérage de l’air créé par l’effritement ou la transformation des produits dérivés qui porte à risque.

Les fibres d’amosite (amphiboles) sont beaucoup plus dangereuses que celles de crysotile. La transformation industrielle du crysotile rend les produits dérivés moins nocifs. Selon le taux admis par les législations, il est autorisé dans l’industrie en Amérique du Nord mais purement interdit dans dix pays d’Europe, dont la France.
Le danger provient essentiellement des amphiboles hérités des chantiers d’amiantage des années 1970 (cf. Université de Jussieu) qui se répandent accidentellement dans l’air (substances friables) et contaminent les personnes résidentes.

Maladies provoquées par l’amiante :
- l’amiantose (ou abestose) : fibrose

- cancer du poumon, ou bronco-pulmonaire

- mésothéliome de la plèvre ou du péritoine

L’INSERM évalue le nombre de décès par amiante en France pour 1996 à 1950 personnes.

Le désamiantage :
Des études sont faites pour relever la présence d’amiante dans un bâtiment et surtout la présence de fuites d’amiante dans l’air. Elles sont effectuées par des entreprises d’expertise et de mesure de qualité de l’air. Ensuite interviennent les entreprises spécialisées dans le désamiantage.
Le désamiantage est une opération très coûteuse car il requiert des équipements et des systèmes de protection importants :

- protection individuelle de l’ouvrier : système respiratoire (masque )par    ventilation assistée ; combinaison jetable ; gants et surbottes jetables

- accès par sas (peignoirs de sortie et tongs)

- poste de surveillance du chef opérateur

- sas de sortie du matériel et des déchets : unité de filtration de l’eau au pied   du sas (douche)

Pour en savoir plus : www.azimutconcept.com/amiante/index.htm



La Vie des Matériaux

Glossaire général

Contact

Accueil

Copyright© 2012 BIOSTART - Tous droits réservés