La terre / argile

Cette expression désigne la terre argileuse dans ses diverses utilisations. En français le mot « terre » est plus employé qu’ « argile » quand il est employé dans les domaines de l’architecture, du bâtiment ou de la maison.

Les premières constructions « en dur » réalisées par les humaines étaient des cavernes naturelles creusées dans des falaises par les éléments naturels (eau, vent, érosion…). La terre-argile a été utilisée pour construire des avancées de cavernes parmi les matériaux trouvés sur place. La technique la plus simple était de réaliser des boules de terre-argile humidifiée en les empilant et les tassant. Les humains ont souvent copié la forme des grottes – dite voûte nubienne. Ils ont également commencé à bâtir des huttes de branchages copiant cette structure.

Depuis plusieurs décennies, l’argile, pure ou armée, est réutilisée pour la construction. Elle offre un habitat à la fois économique (briques crues fabriquées sur place avec une simple presse), écologique (matériau de proximité, séchage au soleil), et de très bonne qualité (inertie thermique, santé).

De nombreux architectes mettent toujours ce matériau de construction au premier plan, surtout dans les projets des pays africains, et il demeure le plus utilisé au monde.

La glaise est une terre argileuse particulière, imperméable, une marne limoneuse.


Renseignements trouvés dans Wikipédia


La Vie des Matériaux

Glossaire général

Contact

Accueil

Le pisé

Pisé est un mot du vieux français « piser » signifiant broyer et par extension « battre la terre à bâtir ». Il s'agit en effet de terre crue humide coffrée et tassée par couches superposées entre des banches de bois ; la terre est extraite sur place à proximité du chantier, au sein de la couche de terre argileuse située sous la terre végétale.

En fonction de la composition des sols dont la terre est extraite, on obtient différents types de pisé, aux couleurs et aux structures variables. On en compte trois sortes différentes : un bon pisé sans caillou, un pisé très argileux pouvant entraîner des fissures et un pisé de cailloux et de sable.

L'eau et l'humidité sont les premiers ennemis du pisé qui se dégrade très vite à leur contact. Aussi, un soubassement, généralement en pierres, briques ou galets, permet d'éloigner la base d'un mur en pisé de l'humidité des sols et une avancée de toiture permet de protéger les façades des intempéries et de l'eau de ruissellement venant du toit. Celles-ci peuvent être enduites ou pas.


Outils et étapes de construction : voir la page


Copyright© 2012 BIOSTART - Tous droits réservés