Anti-polluants

Glossaire général

Contact


Innovations technologiques

Accueil

Un dépolluant issu de bactéries
Source : Sciences Avenir, avril 2013


Premier matériau ultraléger dépolluant fabriqué à partir de bactéries se développant sur de la matière organique (biomasse), il dépollue les hydrocarbures, d’autant plus que l’aérogel n’absorbe pas l’eau et flotte en surface. Créateur : Yu Shu-Hong, Université des Sciences et technologies de Chine à Hefei.


Des micro-algues pour capter le CO2 d’une cimenterie

30.11.2012 / Source : www.batiactu.com


L’industrie cimentière cherche à réduire ses émissions de CO2 par différentes mesures et innovations. La filière fait notamment évoluer ses procédés industriels selon trois axes principaux : tout d’abord en amont, en contrôlant la production de gaz carbonique par des modifications de formulation du clinker et du ciment. Ensuite, en modifiant les process de production. Enfin, plus en aval, en cherchant à traiter ou à capter tout ou partie du gaz.


Les projets « Algues » et « Vasco »


Une lessive anti-polluante ?

Source : Paris-Matin 24.10.2012

Un chimiste et une styliste britannique sont parvenus à mettre au point un liquide nommé CatClo. Ajouté à la lessive, il permettrait aux vêtements d’absorber les microparticules qui polluent l’air. Si, après les tests en cours, le produit ne se révèle pas dangereux, il pourrait être commercialisé d’ici 2 ans.


Statio lib

Source : Paul Périé, Rue du futur, innovations à suivre à Toulouse. 06.09.2011


Objectif : réduire la pollution urbaine automobile dont 60% est due à la recherche de stationnement, via un système de géolocalisation de places de parking déjà testée dans la ville. Comment ? Grâce à une technologie utilisée dans la recherche spatiale, le conducteur verra les places disponibles sur son mobile.
Qui ? La strat-up Lyberta, créée autour du projet : la direction des programmes et de la stratégie du CNES.


Captogel
Source : Paul Périé, Rue du futur, innovations à suivre à Toulouse. 06.09.2011

Objectif : caractériser et quantifier la pollution des eaux de pluie et de ruissellement. Expérimenté au niveau des avaloirs, ce projet pourrait à terme permettre de dépolluer l’eau se déversant dans la Garonne, grâce à un concentrateur de polluantsssssss un organosol issu de l’huile de tournesol.

Qui ? le laboratoire des Interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique (IMRCP) de l’Université Paul Sabatier.




Copyright© 2012 BIOSTART - Tous droits réservés